À Confluence,

Vous pourrez penser librement pour être à même de vous adapter à notre société en profonde mutation. En sortant de l’école, vous serez autonome et capable de proposer des solutions concrètes pour construire le monde de demain.

 

 

Et vous, oserez-vous sortir du cadre ?

 

 

OFFRIR UN ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

  • •Un enseignement principalement en anglais et en français

  • 80 % d’étudiants étrangers

  • Des encadrants du monde entier

Vous évoluez dans un environnement multiculturel pour vous ouvrir à l’international et élargir vos horizons.

 

FAVORISER LA COOPÉRATION

Une approche verticale, sans niveaux

Vous ensembles avec les étudiants de toutes les années pour vous enrichir mutuellement et progresser rapidement.

 

VALORISER LA PRATIQUE

  • Une approche par projet avec un objectif par semaine, quelque soit la discipline abordée

  • 4 stages obligatoires pendant le cursus

    Vous expérimentez, trouvez des solutions et développez des compétences concrètes grâce à la pratique placée au cœur de l’enseignement.

 

STIMULER LA CRÉATION

Aucune limite dans les moyens d’expression : l’expérimentation et l’innovation sont de mise ; tout est possible !

Vous touchez à tout pour explorer, trouver votre voie, évoluer et surtout vous découvrir.

 

PRIVILÉGIER LA PROXIMITÉ ENTRE PROFS ET ÉTUDIANTS

  • Proximité avec les enseignants

  • Ambiance informelle

  • Vous avez les moyens de vous épanouir et de vous constituer facilement un réseau grâce à une école à taille humaine et des intervenants ouverts et accessibles.

 

DÉMULTIPLIER LES POINTS DE VUE

  • Entre 8 et 10 enseignants différents chaque semestre, soit 50 personnalités avec vous pendant le premier cycle.

  • Des intervenants de différentes disciplines pour croiser les visions, les façons de penser et de faire et toucher à une multitude de domaines

Vous découvrez des approches et milieux différents pour accroître votre agilité, votre réflexion, votre rapidité d’action et votre esprit d’initiative.

 

EXPÉRIMENTER AVEC LES NOUVELLES TECHNOLOGIES

  • Accès à des technologies de pointe (fablab avec imprimantes 3D, bras robotique, découpeuse laser, CNC…

  • Maîtrise de nombreux logiciels et outils numériques

  • Développer son propre langage avec l’IA

  • Vous apprenez à maîtriser les nouvelles technologies pour servir vos idées, vos projets et votre processus de création.

 

VOUS MAÎTRISEZ VOTRE PARCOURS

  • Une grande autonomie dans le travail et les projets

  • Un parcours personnalisé et sur-mesure

  • Un bureau par étudiant et une école accessible 24h/24, 7j/7

  • Vous évoluez à votre rythme et construisez votre propre orientation au fil du cursus pour apprendre à vous organiser et à travailler de façon indépendante et autonome, en suivant vos intérêts et vos passions.

 

Téléchargez la brochure ici!

 

Vous avez des questions?
N’hésitez pas à nous contacter à contact@confluence.eu!

Dix projets d’architecture d’étudiants du Confluence Institute […]

.

Projets inclus:

Diploma: Mineral Grafting by Charles Edgard-Lincoln
Tuteur: Lionel Lemire

Diploma: Thinking upside down by Jhila Prentis
Tuteur: Lionel Lemire

Studio: Metaphasis by Emma Miglietta
Tuteur: Colin Fournier

Diploma: Soft Tectonic by Domitille Roy
Tuteur: Odile Decq

Studio: Los A(I)ngeles by Lorenz Kleeman
Tuteur: Colin Fournier

Studio: Parametric Participatory City by Aiden Newsome
Tuteur: Odile Decq

Workshop: Common skin by Anastasia Kublashvili and Louis Bouvrande
Tuteur: Didier Faustino

Workshop: Between Limits group project
Tuteur: Edouard Cabay and Paco Pioline

Diploma: Architecture/Nature – A Hybrid by Lucia Landivar
Tuteur: Lionel Lemire

Diploma: nonsense abstract nechanics by Adrien Espejo Fernandez
Tuteur: Lionel Lemire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 .

 

 

 

 

 


 

Common Skin

Etudiants: Anastasia Kublashvili and Louis Bouvrande
Enseignant: Didier Faustino

Les instructions dans le cerveau sont traduites en signaux nerveux pour activer les muscles de la main, et les mouvements des muscles de la main sont à nouveau traduits en signaux électriques pour être entrés dans la machine. Le mouvement de la machine génère à nouveau des signaux à travers nos yeux et les transmet au cerveau, et le cerveau effectue des ajustements et le cycle se répète.
Rapide ou lent, cette série de traductions constitue la communication entre l’homme et la machine. Plus cette communication est forte, plus la machine tend à devenir une partie du corps humain.

 

 

 

 

 

 

 

MINERAL GRAFTING

Etudiant: Charles Edgard-Lincoln
Enseignant: Lionel Lemir

Stratégie alternative à la rénovation du centre Montparnasse à Paris, ce projet explore les potentiels morphologiques des structures en pierre issues de l’infrastructure de sol multicouche existante sur site afin de créer des interconnexions spatiales entre la rue, l’enveloppe et les bâtiments existants. Dans cette réhabilitation, le site est converti afin d’intégrer l’infrastructure existante et le contexte environnant grâce à la croissance d’une architecture multicouche connective.

PART 1 et PART 2 INCONDITIONNELLEMENT REVALIDÉ!
MERCI AU RIBA

https://www.architecture.com/education-cpd-and-careers/riba-validation/international-validated-schools

Téléchargez ici la brochure!

 

Between Limits

Travail collectif du Creative Maker Space
Enseignant: Edouard Cabay and Paco Pioline

Le projet explore la technique innovante de l’impression 3D en argile dans l’industrie de la construction, combinant le design numérique et des matériaux anciens comme l’argile pour révolutionner les possibilités architecturales. Cette méthode promet une efficacité grâce à une réduction minimale des déchets, une construction rapide et des processus automatisés. Le processus commence par la création d’un design paramétrique numérique, suivi par un prototypage pour affiner des facteurs tels que la liquidité du matériel, la pression de l’air et l’espacement des couches. À travers des tests itératifs, le projet améliore le contrôle sur le processus de conception et d’impression, aboutissant à la construction d’un modèle avec un toit en bois et plusieurs murs de soutien. Cette exploration optimise non seulement les techniques de construction mais élargit également le potentiel de conception en architecture.

 

CONFLUENCE est fier colaborer avec EXKEMA

 

 

Ce semestre, Juan Velasquez, professeur architecte à CONFLUENCE mène deux workshops, un à CONFLUENCE et un autre en Colombie en partenariat avec exkema.

Exkema est une initiative qui a été conçue et mise en place en 2004. Convaincus de l’impératif de susciter des changements positifs et constructifs dans le secteur de l’architecture, les fondateurs d’Exkema se sont engagés dans une quête constante d’innovation. Leur conviction inébranlable dans le pouvoir transformateur de l’architecture a été le moteur qui les a guidés tout au long de leur parcours.

Depuis ses débuts, Exkema s’est efforcé de se positionner à l’avant-garde de l’industrie. Cette recherche incessante de nouveauté les a poussés à cultiver la créativité et à explorer de nouvelles opportunités. Chaque projet entrepris par Exkema est le reflet de cet engagement envers l’originalité et l’excellence. En associant l’expertise traditionnelle à des approches novatrices, Exkema a su repousser les limites de la conception architecturale, créant ainsi des espaces qui transcendent les attentes.

Au fil des années, Exkema a établi des partenariats solides avec des professionnels de divers horizons, ce qui lui a permis de diversifier ses domaines d’intervention. En collaborant avec des experts de différentes disciplines, Exkema a pu aborder les projets sous des angles multiples, intégrant des idées provenant de secteurs variés pour enrichir ses créations.

Au cœur de la mission d’Exkema se trouve l’engagement envers l’innovation sociale et environnementale. En plus de repousser les frontières de la conception architecturale, Exkema s’efforce constamment de créer des espaces durables et éco-responsables. La sensibilisation à l’importance de l’écologie guide chacune de leurs décisions, depuis le choix des matériaux jusqu’à l’implémentation de technologies respectueuses de l’environnement.

Ainsi, Exkema continue de se démarquer en tant que pionnier de l’architecture contemporaine. Leur héritage d’innovation et d’excellence perdure, façonnant l’avenir de l’industrie de l’architecture et inspirant les générations futures à repenser les espaces de demain.

exkema.com

Metaphasis

Etudiante: Emma Miglietta
Enseignant: Colin Fournier

Ce projet imagine une structure temporaire capable d’évoluer dans le temps et de s’adapter à l’usage des personnes, où des événements centrés sur l’échange et l’interaction donneraient vie à une scène sociale communautaire et contribueraient à rétablir l’identité de la ville à travers ces mêmes personnes qui l’habiter. Les blessures causées par la guerre, visibles sur le tissu urbain de la ville, seraient le point de départ : ce qui serait normalement caché et construit devient au contraire l’énoncé d’un point de repère qui relie les possibilités futures avec la mémoire de ce qui s’est passé ; à partir du volume négatif de la destruction, un nouveau lieu prend forme, où flexibilité et expérimentation peuvent se produire.

Igor Siddiqui (né en 1974 à Rijeka, Croatie) est architecte et professeur associé à l’Université du Texas à Austin. Il est membre à temps plein du corps professoral de l’École d’architecture depuis 2009, où il détient actuellement la Gene Edward Mikeska Endowed Chair for Design. La pratique, l’enseignement et la recherche de Siddiqui explorent la relation entre l’innovation en design et l’engagement du public. Ses projets en cours examinent le statut de l’intérieur dans l’architecture et comme espace de collaboration artistique.

Siddiqui travaille fréquemment avec des organisations culturelles qui soutiennent des initiatives et des projets d’art public. Son travail a été publié et exposé à travers les États-Unis et à l’étranger. Siddiqui a obtenu sa maîtrise en architecture de l’Université de Yale et un baccalauréat en architecture de l’Université de Tulane à la Nouvelle-Orléans. Il a auparavant enseigné à l’Université de Pennsylvanie, à la Parsons School of Design et au California College of the Arts et a été professeur invité à l’ENSA-Paris-Belleville et à la Cranbrook Academy.

 

La conférence présente des recherches en cours centrées sur les installations temporaires de Claude Parent — les praticables — conçues entre 1969 et 1975.

Le but de ces projets était de tester la théorie de Parent sur la fonction oblique par l’engagement et la collaboration du public. Certaines des conceptions ont été construites, d’autres ne sont connues que par des modèles et des dessins existants, et certaines sont à peine documentées. Sur la base de fragments de documents d’archives, neuf des conceptions d’installations sont reconstruites à l’aide de nouveaux dessins et modèles numériques. En tant que tels, ils peuvent être examinés non seulement individuellement, mais aussi comme une série d’itérations de conception qui forment un ensemble cohérent d’œuvres, sensibles à des contextes variés et inextricablement liés aux activités, artefacts et récits qui les accompagnent sans lesquels notre compréhension d’eux est incomplète… Cinquante ans plus tard, ces projets inspirent de nouvelles possibilités pour conceptualiser la pratique du design au sein et au-delà de l’architecture.

 

Eric AUPOL développe depuis plusieurs années un travail photographique qui explore autant l’espace et l’architecture que le médium lui-même.
Il tente d’enregistrer le réel dans une forme d’objectivité, rendant compte, par la frontalité de ses cadrages, d’un constat des lieux photographiés, comme repères de l’histoire, de la politique et de la société, et comme configuration mentale.

La sienne, s’inscrit dans l’histoire de la photographie documentaire mais aussi dans un lieu qui montre que l’outil n’est jamais transparent, et que ses qualités propres, lumière et cadrages participent à l’organisation de cette réalité enregistrée.

CONFLUENCE invite Eric AUPOL pour explorer de nouvelles manières d’exprimer l’espace et sa perception du réel.

 

 

 

     

Mathieu BONARDET

Diplômé des Beaux-Arts de Paris en 2013, Mathieu BONARDET vit et travaille à Paris. Il amène le dessin à d’autres champs que celui défini par l’espace de la rue.
Sa pratique l’a d’abord conduit à des actions de tournage ou de photographies avant de l’orienter vers le volume.
Depuis, son travail oscille entre dessin et sculpture qui se nourrissent l’un de l’autre et sur le graphite, répond l’acier.
Après la fermeture de la galerie Jean Brolly, avec laquelle il a collaboré pendant 7 ans, il rejoint la galerie ETC à Paris.

CONFLUENCE invite Mathieu BONARDET pour son état d’esprit et repousser les limites du dessin à travers la matérialité et l’espace.

 

        

 

Depuis plusieurs années, je développe un travail photographique qui explore autant l’espace et l’architecture que le médium lui-même. J’essaie d’enregistrer le réel dans une forme d’objectivité, rendant compte, par la frontalité de mes cadrages, d’un constat des lieux photographiés, comme marqueurs de l’histoire, de la politique et de la société, et comme configurations mentales.

Mon travail, que je présenterai lors de cette conférence, s’inscrit dans l’histoire de la photographie documentaire, mais aussi dans un espace qui montre que l’outil n’est jamais transparent, et que ses qualités propres, lumière et cadrage, participent à l’organisation de cette réalité enregistrée.

 

 

Eric Aupol:

Né en 1969 et basé à Paris, Éric Aupol s’est fait connaître par ses photographies relatives aux lieux et espaces comme marquages de l’Histoire et comme configurations mentales. Les étendues du paysage, les resserrements des habitats privés ou collectifs, les détails d’objets, les corps et les visages y sont approchés dans la quête d’une écriture visuelle où le sensible et l’intelligible cesseraient de s’opposer.

La marge, tant historique, que politique et esthétique, traverse à différents niveaux de révélation l’ensemble de son corpus photographique, questionnant les espaces visités tout autant que le médium photographique, en jouant de ce qui s’obstrue et se dévoile au regard dans le réel, palimpseste d’un feuilletage de mémoires et d’Histoire.

Lauréat de la Villa Médicis hors les murs en 2009, représenté par la galerie Polaris à Paris, il enseigne la photographie à l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges, et intervient dans différentes écoles d’art, sous forme de workshops et de conférences (ENSP Arles, ENSCI Paris, International Academy of Art Ramallah, Université de Shanghai,…)

Son travail est présent dans de nombreuses collections publiques et privées, en France et à l’étranger ( Bibliothèque Nationale, Maison Européenne de la Photographie, Musée Heidelberg, Erasmus University of Rotterdam,…)

Born in 1969 live in Paris, Eric Aupol is known for his photographs on the places and spaces as markers of history and as mental configurations. The expanses of landscape, the tightening of private or collective housing, details of objects, bodies and faces are approached in the quest for a visual style where the sensible and the intelligible would stop to oppose.

Margin, as historical, political and aesthetic, through different levels of revelation throughout his photographic corpus questioning the spaces visited as well as the photographic medium, playing what clogs and unfolds in relation to the real, palimpsest of a foliation of memories and history.

Winner of the Villa Médicis Prize in 2009, represented by Polaris Gallery in Paris, he taught photography at the Ecole Nationale Supérieure d’Art de Bourges, and is involved in various art schools, in the form of workshops and conferences (ENSP Arles, ENSCI-Les Ateliers Paris, Ramallah International Academy of Art, University of Shanghai, …)

His work is included in many public and private collections in France and abroad (French National Library, European House of Photography, Paris, Museum ofHeidelberg, Erasmus University of Rotterdam, …)

D’abord, il y a eu des paysages, très simples, très épurés, marqués par le ruban d’une route ou des panneaux de signalisation muets. Et puis, comme par un effet de concentration, ne sont restés que des signes, ou plus exactement des lignes : la conférence se propose de retracer le parcours de Mathieu Bonardet avec une attention particulière à l’espace et au geste, ainsi qu’aux allers-retours entre le dessin et le volume.

 

Mathieu Bonardet:

Dans son travail, le dessin se concentre en son geste et son matériau
premiers : tracer des lignes au graphite. La répétition de ces lignes
est une inscription du corps et du temps dans le dessin. Ce sont les
rapports entre deux éléments – attraction, rejet, rupture, éloignement,
déséquilibre – qui nourrissent le travail de Mathieu Bonardet et donnent
souvent corps à des duos ou diptyques.
Il amène ainsi le dessin dans d’autres champs que celui défini par l’espace
de la feuille : sa pratique l’a d’abord conduit vers des actions filmées ou
photographiées (notamment la série photographique Ligne(s), 2011 qui fait
la couverture de Roven en 2014, ensuite exposée à la König Galerie, Berlin,
en 2017 ou Fracture II, 2015 (acquise par le FRAC Normandie Rouen) avant
de l’amener vers le volume. Depuis, son travail oscille entre le dessin et la
sculpture qui se nourrissent l’un de l’autre : le graphite pour le premier et
le métal pour la seconde. Après la fermeture de la galerie Jean Brolly, avec
laquelle il a collaboré sept ans, il intègre la galerie ETC.

CONFLUENCE est fier de faire partie du mouvement STEM IS FEM.

STEM IS FEM est un projet éducatif qui promeut les spécialités STEM, la science, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques, auprès des lycéennes ukrainiennes.

 

https://stemisfem.org/en/pro-proekt

 

 

Alive Scinetics

Student: Amadou Bah
Tutor: Lukas Fereiss

REDS

Student: Emma Miglietta
Tutor: Nathalie Junod Ponsard

altering the perception of the space through the emotional duality of red light and the two-dimensionality
that its shadow create.

Site: Arènes de Lutèce (2nd century CE), 49 rue Monge, 75005 Paris 53 x 47 m

ARCHITECTURE / NATURE – A HYBRID

Student: Lucia Landivar
Tutor: Lionel Lemir

Lucia Landivar’s thesis, « Architecture / Nature – A Hybrid, » presents a revolutionary approach to architectural design, merging natural elements with modern construction methods. This concept is demonstrated through a detailed exploration of sustainable materials and innovative structural solutions that integrate the natural environment into urban settings. Lucia emphasizes the use of bioplastics, bamboo, and mycelium-based concrete to reduce the ecological footprint of buildings while enhancing their aesthetic and functional qualities. Her work challenges traditional architectural paradigms by proposing designs that are both environmentally responsible and adaptable to changing urban landscapes, advocating for a future where architecture and nature coexist harmoniously.

 

Los A(I)ngeles

Etudiant: Lorenz Kleeman
Enseignant: Colin Fournier

 

Face à l’instabilité politique et environnementale croissante, nous avons besoin de structures résilientes capables de s’adapter à des circonstances changeantes telles que les pandémies, les conditions météorologiques extrêmes et les évolutions des tendances esthétiques, sans gentrifier les zones existantes. Alors que le changement climatique rend les régions rurales moins habitables, poussant les populations vers les villes, on prévoit que Los Angeles se densifiera considérablement. D’ici 2070, sa population pourrait atteindre environ 26 millions, entraînant la formation de sous-centres à haute densité au sein de la zone métropolitaine. J’imagine des structures gérées par l’IA qui développent une forme de conscience, permettant une adaptation rapide basée sur des données en temps réel. Ces habitats autosuffisants, équipés d’usines automatisées et de systèmes de distribution, peuvent s’agrandir, se contracter et se réaffecter au besoin, utilisant efficacement l’espace disponible.

 

 

nonsense abstract mechanics

Student: Adrien Espejo Fernandez
Tutor: Lionel Lemir

The instinct of the individual is an inseparable aspect of each of us. This aspect of our beings, sometimes considered a defect, conditions and directs our activities. It is such notions that distinguish us from the machine.

Since the 1990s, the advent of the internet and the automation of certain tasks by technology have improved our daily lives but also dehumanized and increasingly fragmented our relationship with others. The globalization of resources, technologies and labor is becoming more and more embedded in our systems of societies wherever we are. Exchanges, faster, information, instantaneous.

-Hasn’t the city become a monster-machine?, always eager for maintenance, improvements, resources and manpower?
In a way, would we no longer live for city systems, rather than through them?
The observation of our ways of living in this extremely complex environment system, brings to light a fundamental and haunting question: What is the part of the instinct of the individual in the course of the city?

Through nonsense abstract mechanics, I confront reality with questions about the qualification and identity of today’s space by giving free rein to the appropriation of space and its function.

En mars 2022, Confluence Institute et la Kharkiv School of Architecture allaient organiser un workshop commun…

Nous soutenons nos amis de Kharkiv et d’Ukraine et transmettons les mots d’Oleg Drozdov, fondateur du bureau d’architecture Drozdov&Partners et co-fondateur de l’école d’architecture de Kharkiv :

« Mes chers amis étrangers. Merci beaucoup pour votre soutien. Nous avons besoin de votre aide. Vous pouvez convaincre vos gouvernements de fermer le ciel au-dessus de l’Ukraine en organisant des manifestations de masse dans vos États. Nous vous serions reconnaissants si vous pouviez soutenir notre armée en en faisant don. . Notre armée se bat pour notre et votre liberté »

https://www.facebook.com/100007928224644/posts/3158442851096625/?d=n

Confluence Institute Fall 2021 Lecture series

2 Novembre 2021

Le fossé dans le domaine de l’architecture entre la pratique socialement centrée et la pratique formellement exploratoire demeure, et peut-être s’élargit encore. Pourquoi ces formes de pratique sont-elles considérées comme opposées ou même mutuellement exclusives en architecture ? Est-il possible de concevoir une méthode de travail qui engage les deux domaines simultanément ? De plus, il n’y a pas eu suffisamment d’attention accordée à la matérialité en tant que territoire profondément philosophique, intrinsèquement social et formellement génératif pour l’exploration architecturale. Les générateurs de matériaux peuvent devenir des tremplins potentiels le long d’un spectre d’architecture formelle et sociale et aider à déterminer la position et la compréhension de soi de l’architecte. Cette conférence de l’architecte américaine et professeure en pratique de Harvard GSD Jeanne Gang explorera les projets clés de sa pratique, Studio Gang, allant des petits centres communautaires aux bâtiments civiques en passant par les grands parcs publics et les musées qui partagent une attention à la matérialité comme moyen d’engager à la fois aspects sociaux et formels de l’architecture.

 

Jeanne Gang :

FAIA, est le partenaire fondateur de Studio Gang, un cabinet international d’architecture et de design urbain dont le siège est à Chicago avec des bureaux à Paris, New York et San Francisco. Reconnue pour son approche distinctive qui dépasse les frontières conventionnelles de l’architecture, elle crée des lieux saisissants qui relient les gens à leurs communautés et à l’environnement naturel. Son portefeuille diversifié à travers les Amériques et l’Europe comprend entre autres l’extension au Musée américain d’histoire naturelle; l’ambassade des États-Unis au Brésil, et le nouveau Centre de l’Université de Chicago à Paris. Boursière MacArthur et professeure en pratique à la Harvard Graduate School of Design, Jeanne a été nommée l’une des personnes les plus influentes au monde par TIME Magazine. L’édition française de la monographie de son studio, Studio Gang : Architecture, a été publiée cette année.

 

Confluence Institute Fall 2021 Lecture series

30 Septembre 2021

La vie peut être facile. Nous allons à l’école, nous étudions l’architecture (ou toute autre merde), nous travaillons dans un bureau, nous ouvrons notre propre bureau, nous construisons des maisons. Nous nous marions, fondons une famille et vivons dans notre propre maison. En quelque sorte agréable mais bourgeois et irréaliste ! La vie change. Nous vivons dans un monde complexe. L’humanité est confrontée à de grands défis : changement climatique, répartition inégale des richesses, division sociale, inégalités et urgences politiques, avenirs incertains, transformations économiques et changements sociaux. La politique est débordée et le récit du futur a apparemment été aboli. Agissons au lieu de réagir ! L’architecture peut-elle nous y aider?

Benedikt Hartl :

Benedikt Hartl est un architecte allemand. Ses projets étudient la relation complexe entre l’architecture et les processus d’émancipation socio-politique. Au cours des dernières années, son travail a reçu une large reconnaissance internationale avec des publications dans plus de 100 pays. Il expose et donne des conférences tant au niveau national qu’international.

 

Bureau d’en face est un studio d’architecture primé à Munich, en Allemagne. Il a été fondé en 2017 par Benedikt Hartl. Opposite Office dessine, écrit, imagine et construit des histoires architecturales. En créant des solutions spatiales aux problèmes sociaux et politiques, Opposite Office s’engage dans les champs de l’architecture, de la société et de ses interfaces. Leurs projets traversent les registres théoriques et militants pour créer de nouvelles formes de travail architectural par des interventions critiques. Opposite Office travaille à travers l’architecture et son refus. La pratique spatiale militante est fondée sur la recherche de contextes publics, culturels et politiques. L’œuvre se niche entre réalité et fiction. Opposite Office cherche à réimaginer et à repenser l’architecture dans le cadre de sa mission sociale et spatiale. La pratique engagée politiquement et socialement, contribue aux questionnements et enjeux de société. Le travail a été publié et largement exposé dans plus de 100 pays.

 

Confluence Institute Fall 2021 Lecture series

September 2nd 2021

 

There are many examples of experimental architecture, but it is the city itself that we most yearn to change. Yet, despite its dysfunctions, the city evolves very slowly. It is a meme that got stuck and continues to exert its fascination. The changes that do take place occur unintentionally. Like mutations in nature, they happen by chance, accidentally., outside the realm of volition. The internal combustion engine, the human invention that has had the greatest impact on forming the contemporary city and making it what it is, both suburbia and skyscrapers, was certainly not created with the deliberate intention of reshaping the world we live in. This was an accidental by-product. The giraffe does not have a long neck because it decided to, but because of chance mutations that proved to be helpful for reaching high leaves. Are such radical mutations already taking place in the city? If so, how can we identify them and possibly facilitate them?

 

 

Colin Fournier :

Educated at the Architectural Association (AA) London, from which he graduated in 1969 (AA Dipl. Hons), where he was Diploma School Unit Master from 1970 to 1974. He is Emeritus Professor of Architecture and Urbanism at the Bartlett School of Architecture, University College London (UCL), where he was Director of Diploma Unit 18 and of the Master of Architecture course in Urban Design. He was visiting Professor at the University of Innsbruck (Studio 3 for experimental architecture), the Chinese University of Hong Kong (CUHK), the National University of Singapore (NUS), the University of Auckland, etc.

He was an associate of Archigram Architects in London and Planning Director of the Ralph M. Parsons Company in Pasadena, California, USA, responsible for major planning projects in the Middle East, in particular the new town of Yanbu in Saudi Arabia. He was Bernard Tschumi’s partner on the Parc de la Villette project in Paris and co-author, with Sir Peter Cook, of the Graz Kunsthaus, a contemporary art museum in Austria (2003). His “Open Cinema” project was realised in Guimarães, Portugal (2012), Lisbon (2013) and Hong Kong (2016).

He was Chief Curator of the 2013-2014 Urbanism and Architecture Bi-city Biennale for Hong Kong and Shenzhen (UABB*HK), responsible for the Hong Kong section of the Biennale, for which he chose the theme of “The ideal city”. He was approached by the Shenzhen side of the same Biennale as a curator for 2020-2021, with the theme of “The uncertain city”, aborted due to Covid 19.

He is a founding member of The Daylight Academy (DLA), based in Zürich, and currently engaged in a research project on chronobiology, circadian rhythms and daylight in architecture.

Parametric Participatory City

Etudiant: Aiden Newsome
Enseignant: Odile Decq

Dans ce scénario, le rôle de l’architecte serait de concevoir le squelette ou le plan directeur. Chaque élément architectural dans la scène est simplement une géométrie ou un volume délimitant. Il peut être décomposé en points. Les objets qui peupleraient ces points seraient conçus par les personnes ou un groupe de personnes de la communauté. Ceci pourrait être réalisé à la main, par logiciel, ou en temps réel en utilisant les pensées et les émotions via une interface cerveau-ordinateur. Le résultat est un collage d’objets s’unissant pour créer le produit final. Le logiciel aide à organiser les pièces, à créer des connexions, à les orienter et à connecter les systèmes de manière écologique.

 

Thinking upside down

Etudiante: Jhila Prentis
Enseignant: Lionel Lemir

Jhila Prentis examine la question de la migration et ses impacts sur les sociétés et les individus. À travers une série de réflexions et d’exemples, l’auteur discute des défis auxquels sont confrontés les réfugiés et les demandeurs d’asile, y compris les difficultés administratives en France et les conditions de vie précaires dans les camps. Il met en lumière les sentiments de tristesse et d’injustice ressentis en réponse à la détresse des migrants. Jhila Prentis critique les réponses inadéquates et souvent inhumaines des sociétés d’accueil, tout en appelant à une prise de conscience et à un changement radical dans l’approche de la migration et de l’intégration.

 

 

 

Confluence Institute présente :

Conférence de Jacques Rougerie

Jeudi 8 Avril 2021, à 15h30

A l’occasion de la rentrée du semestre de printemps consacré à l’exploration de la Mer, Jacques Rougerie s’adressera aux étudiants de Confluence afin d’évoquer les enjeux de ce fascinant territoire liquide longtemps oublié.

Rendez-vous en ligne sur zoom :  https://zoom.us/j/91786815829

 

JACQUES ROUGERIE

Architecte visionnaire, Membre de l’Institut est passionné par la mer et l’espace. Il fonde ses recherches et ses réalisations depuis plus de 30 ans, sur une architecture bionique basée sur le biomimétisme véritable passerelle entre les formes vivantes et les formes construites en tenant compte notamment des préceptes du développement durable.

Sa vision prospective et son goût pour les nouvelles technologies lui permettent de proposer une meilleure intégration de l’habitat dans le milieu naturel, notamment marin, afin que les hommes qui y vivent puissent s’y inscrire. En ce sens il puise son inspiration à la fois dans l’héritage de Léonard de Vinci et dans sa foi dans le génie humain.

Il a dans cet esprit construit des habitats sous-marins, des vaisseaux à coques transparentes, des musées subaquatiques, des centres de la mer, scientifiques, techniques et culturels, des équipements sportifs et de loisirs, des hôtels, et des équipements aéroportuaires et industriels en France et à l’international.

Il mène ainsi de front ses passions, la mer, l’espace et l’architecture biomimétique.
Expérimentant lui-même ses réalisations en véritable explorateur du monde sous-marin, il est allé jusqu’à habiter plusieurs fois dans des habitats subaquatiques participant notamment au record du monde de 69 jours sous la mer aux Etats-Unis.

Ses projets, SeaOrbiter et la Cité des Mériens, font la synthèse de plus de 30 ans de recherches innovantes dans les domaines de l’architecture marine et sous-marine.
Inspiré aussi depuis toujours par l’œuvre de Jules Verne, il en a adopté la maxime : «Tout ce qu’un homme est capable d’imaginer, d’autres hommes seront capables de le réaliser».

Pour transmettre ses passions et encourager les jeunes au niveau international à avoir de l’audace pour bâtir notre futur, il a créé la Fondation Jacques Rougerie, Génération Espace Mer à l’Institut de France.

« C’est de l’océan et de l’espace que naîtra le destin des civilisations à venir »

 

Confluence Institute est fier de partager l’épisode 10 de la série Hors Concours en partenariat avec lemagazine web tema.archi. Odile y aborde les raisons qui l’ont amenée à repenser la pédagogie et l’enseignement de l’architecture.

 

Odile Decq est l’invitée du dixième épisode du podcast Hors concours. L’occasion pour l’architecte de revenir sur les évolutions marquantes de ces 30 dernières années et de partager sa vision de l’enseignement et de la place des femmes en architecture.

Une petite heure de conversation décontractée pour donner la parole à l’un de ceux qui font la ville d’aujourd’hui. Chaque mois, dans ce podcast, un architecte se raconte à travers son parcours, son œuvre et sa vision de l’architecture.